Explosion du nombre de rôles virtuels par identité réelle… (idée en friche)

Je ne sais pas si mon titre est réellement clair mais il représente une idée encore confuse dans mon esprit… La complexité du monde présent me semble être bien plus qu’un nouveau niveau de perception, mais bel et bien un nouvel état issu de la croissance exponentielle du nombre d’interactions.  De plus en plus d’interconnexions sont à l’œuvre dans un même laps de temps et dans des espaces de moins en moins cloisonnés…

Il m’apparaissait déjà évident il y a quelques années que la diversité des casquettes sociales dont chaque individu disposait était croissante. Avant la modernité, l’organisation sociale faisait que notre rôle social et notre rôle familial ne faisait quasiment qu’un. Un individu appartenait à la corporation auquel son statut lui ouvrait la porte et peu d’interactions sociales pouvait intervenir entre individus de mondes (spatial, familial, intellectuel, linguistique…) différents. Finalement, l’espace de liberté restait particulièrement circonscrit. L’urbanisation et l’explosion des NTIC ont ajouté de nouveaux champs à notre réalité perçue, complexifiant réellement notre impact. Nous assistons à une levée des barrières temporelles et spatiales dont les conséquences sont considérables en termes de diffusion d’idées.

Le panel de choix de connaissances auquel nous pouvons désormais accéder est gigantesque (on peut donc s’y perdre 😉 ). Je trouve cette caractéristique essentielle et formidable pour notre monde contemporain, bien qu’un peu effrayante aussi. Nous pouvons choisir notre cheminement d’apprentissage même s’il reste encore contraint (par l’existence même de l’objet et également parce-que biaisé par les leaders d’opinion d’une nouvelle génération.)

Nous vivons une ère d’indépendance intrinsèquement interdépendante… en voilà un paradoxe de notre humanité ! Beaucoup de tout ceci se joue au travers de la Toile (des courriels aux twitts en passant par les blogs, les réseaux sociaux, les sites web…) Et tout ceci a une réelle conséquence pratique : les interconnexions virtuelles créent une nouvelle réalité ! La distinction vie réelle / vie virtuelle n’a finalement peut-être plus aucun sens conceptuel… (Il y a peu, une expérience virtuelle m’a menée à 5000 km… et va peut-être complètement changer mon existence!)

Nous voici donc face à un océan qui semble à un seul être humain infini… internet… qui devient le web 2.0 voire 3.0… Où courons-nous ainsi ? Et quel comportement adopter ? Vouloir garder le contrôle n’est-il pas vain ?

De multiples stratégies individuelles peuvent marquées un chemin virtuel. Il peut en combiner toutes sortes en fonction de l’état virtuel du moment (troll aigri d’un moment, créateur, poète, chercheur, séducteur, anonyme…). Car ce qui est plutôt déconcertant est qu’un même individu est en mesure d’adopter des attitudes différentes qu’il soit identifié ou non. L’anonymat peut rendre très critiques des êtres réels plutôt introvertis. Les états psychologiques trouvent de plus en plus de matière pour se dévoiler… sans rien montrer au monde réel. Cela peut-il nous conduire vers à une déstructuration de la personnalité ? Un moyen de s’en préserver serait-il de ne pas perdre son identité, de refuser l’anonymat et d’accepter l’ensemble de la place virtuelle que l’on occupe ?

Réflexion complexe pour moi… Comprendre sa place dans une réalité en 3D est déjà difficile et nécessite analyse systémique et réflexivité. Comment garder la cohérence et une ligne directrice sans trop se disperser ? Et en gardant la maîtrise de son identité ?

Cela nous conduirait-il à une certaine standardisation de l’identité ?

Serait-ce dangereux de centraliser sur un même espace virtuelle l’ensemble de ses multiples identités. Finalement dans la vie réelle, avant l’avènement des multiples plateformes virtuelles, il n’y avait aucune raison que certaines connexions aient lieu entre des relations physiquement déconnectées.

Il était dans une certaine mesure évident de choisir son soi du moment, sans qu’il n’y ait forcément de mémoire de nos digressions intellectuelles, sociales ou familiales. Tout se confond aujourd’hui dans des espaces virtuelles où tous les amis de nos amis peuvent être les nôtres, quelque soit notre situation géographique. Le simple fait d’avoir eu un contact ponctuel avec un individu nous autorise à entrer dans la toile de son intimité…

Combien sommes-vous à nous perdre dans les méandres de cette virtualité ? Vivement que nous puissions prendre du recul sur la conservation de la cohérence…

Notre intuition est-elle la ligne conductrice de ce parcours ???

Bref… tout ça est encore très flou.

…………….
Des liens qui ont nourris ma réflexion :

http://blogapages.wordpress.com/2009/07/24/vendredi/

http://blog.tcrouzet.com/2009/07/24/friendfeed-ou-la-dissolution-de-la-conscience/

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Approche personnelle, Avenir, Evolution, idée en friche, Préoccupations actuelles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s