Tricoter le fil du présent, un bout de vie, une expérimentation de la loi d’attraction

Cela fait un certain temps que je ne me suis pas exprimée sur ce blog, les raisons sont multiples. Je n’ai pas perdu le goût de l’écriture, bien au contraire, mais je réserve mes mots à mon carnet confidentiel… On en revient à un problème d’égo effrayé, qui a peur d’être jugé… Au démarrage, ce blog était pour moi un lieu d’expression anonyme, au sein duquel je pouvais révéler toutes mes pérégrinations intellectuelles sans crainte. Sans crainte parce-que je savais que personne de mon entourage n’y aurait accès. J’étais protégée, protégée du reflet du miroir familial… Il y a quelques mois pourtant, j’ai fait le choix délibéré de faire de cet espace un trait d’union entre vie réelle et vie virtuelle. Acte qui n’aurait eu que peu d’importance si je n’avais pas poussé l’ouverture jusqu’à mon cercle familial le plus proche… A mon grand regret par la suite et à plusieurs reprises, j’ai pu observer une scène se produire dans mon théatre intérieur : après l’écriture d’articles ayant pour objet mes domaines d’intérêts les plus vifs (évolution de conscience, sens de la vie, synchronicités,…), je me suis auto-censurée…

Une autre raison a participé à mon silence bloggesque, la poursuite de mon voyage… Je suis certes rentrée du Népal, dernier pays de mon aventure au bout du monde, il y a deux mois et demi, mais n’ai pour autant pas achevé ma vie nomade. Je pensais le faire à mon arrivée, pourtant, j’ai pris conscience que ma quête ne pouvait se satisfaire d’un environnement trop statique et routinier. Le monde m’avait révélé mille et une nouvelles facettes de moi-même, et le retour m’a donné le sentiment d’une regression…Regression qui aurait pu bien vite tourner en dépression si je ne m’étais pas jetée à nouveau dans la spirale des synchronicités. Il ne s’est pas passé beaucoup de temps après mon retour pour qu’une question ne cesse de m’être posée : « Et maintenant, que vas-tu faire ? ».  Ah… En voilà une bonne question. Pour beaucoup, mon aventure était un break entre deux états de normalité. Normalité au sens avoir un emploi fixe, et surtout une source de revenus fixe, un logement… Comment pouvait-il en être autrement ? Comment serait-il possible que la sécurité financière et l’obtention d’un statut social valorisant ne soient pas mes premières préoccupations ? Ma réflexion quant à la recherche d’un mode de vie en harmonie avec mes valeurs était forcément de l’oisiveté… Et de l’oisiveté, j’en avais eu suffisamment durant l’année qui s’était écoulée…

J’avais au départ l’intention de m’inscrire en doctorat, pour préparer une thèse en Économie du Bonheur, nouvelle branche émergente d’économie qui conçoit le progrès non plus en terme d’évolution de la masse financière, mais comme une amélioration du bonheur des individus et d’équilibre entre ressources naturelles et ressources financières. La notion de bonheur étant subjective, cette nouvelle discipline m’aurait sans doute offert l’opportunité de réfléchir à toutes les questions existentielles qui me taraudent depuis si longtemps… Ce choix aurait du être le compromis idéal entre mes valeurs et la nécessité de rassurer mes proches… Et pourtant, continuer de me cloisonner dans la théorie et devoir modeler ma pensées à la rationalité scientifique attendue ne me correspondait pas. Je n’ai pas pu m’y faire, d’autant que les échéances m’auraient contrainte à travailler sur un sujet qui ne m’appartenait pas complètement…

J’ai alors décidé de vivre au présent, sans me focaliser sur un résultat à atteindre, mais en continuant de suivre mes intentions. Ma vision à long terme de l’orientation que je souhaite donner à ma vie est claire : tendre à l’autosuffisance, participer à des expérimentations de modes de vie alternatifs harmonieux, promouvoir l’élévation des consciences, voyager sans impact sur l’environnement, continuer d’apprendre…

Alors même que je n’ai encore seulement qu’une vague idée du chemin pour y parvenir, les rencontres faites en cours de route me confirment que la route empruntée a du sens, même si le temps de bâtir est long… Au fil des intuitions, en me raccordant dans un premier aux connexions réalisées en voyage, j’ai découvert une nouvelle France, un pays que je ne connaissais pas. Un pays où foisonnent de belles initiatives et des « intellec-truelles » (expression d’une jeune femme remarquable que j’ai recontré il y a peu). Mon voyage dans cette contrée inconnue m’a tout d’abord conduite dans les Cévennes. J’y ai rencontré une tribu dynamique qui commençait à se rassembler autour d’un projet de reconversion d’un hameau abandonné en un éco-lieu communautaire, promoteur d’un mode de vie autonome et respectueux de l’environnement. Deux de mes amis chers rencontrés en Inde, à Mac Leod Ganj, participaient à l’évènement. De belles énergies arc-en-ciel animaient cette rencontre fascinante, réunies autour de valeurs communes de respect de la vie sous toutes ses formes, d’harmonie, de paix,… Lors d’une discussion plus formelle, j’en ai appris davantage sur les modalités de mise en oeuvre du projet, fondées sur une approche holistique de la permaculture, à la fois agricole et sociale. Nous en étions alors (fin août) aux premiers balbutiements du regroupement officiel de ce qui devriendra prochainement une association, la Coopérative de Mise en Pratique d’AGricultures NOUvelles, Naturelles et Sociales… Les Compagnouns. Ce projet n’est pourtant pas une carte tirée à la va-vite du chapeau. Le projet est un héritage familial, qui s’est transmis au travers de trois générations. Les aspects pragmatiques, agricoles et administratifs, avaient été mûrement pensés mais pas figés… Il restait à créer du dialogue et de la synergie entre les acteurs de cette nouvelle aventure humaine… J’ai continué mon voyage, tout en suivant de près l’évolution de ce projet…

Plusieurs personnes m’avaient par ailleurs parlé de Michel R. (dont l’un de mes amis cités plus haut), un « anarchitecte » comme il s’appelle lui-même. J’ai eu l’intuition qu’il me fallait aller lui rendre visite, même si je ne savais pas réellement quels bénéfices je pourrais bien en retirer. Mu par des idéaux inébranlables, ce sexagénaire débordant d’énergie et de créativité ne cesse de partager avec toutes les personnes intéressées ses outils autonomisants. Son lieu de vie, perdu au milieu d’une forêt cévennoise, est un véritable laboratoire d’expérimentation d’un mode de vie autonome. Pour lui la vraie révolution, c’est l’indépendance, pour lui, la meilleure arme contre les gouvernements et les multinationales, c’est de ne plus avoir besoin d’eux. Cela vaut d’ailleurs le coup d’entendre son retour historique sur les modalités d’asservissement progressif des masses. Son esprit est porteur d’une philosophie globale et inspirée… Quasiment complètement autonome, il n’est ni relié à l’electricité, ni à l’eau courante, il ne s’approvisionne pas dans les super-marchés et ne rejette pas de « déchets ». Comment me demanderez-vous ? De nombreux outils : un système de phytoépuration complètement naturel qui lui permet de filtrer ses eaux usées (dans lesquelles il ne déverse pas de produits chimiques) rendant son eau potable, des panneaux solaires, et autres sources d’énergie indépendantes non polluantes, un bassin de spiruline écologique (dont l' »urine bio » est le fertilisant), un potager, une voiture recyclant l’huile usagée, des matériaux de construction écologiques ou recyclés (isolation à la paille, revêtement de façade en verre recyclé)… les outils sont tellement nombreux que je ne saurais de mémoire tous vous les citer. Ce personnage haut en couleurs ne se satisfait pas de simplement créer pour lui-même, il a besoin de partager ses découvertes et d’aider son prochain. Il va parfois jusqu’à accueillir des sdf pour les aider à se construire des habitats mobiles autonomes, ou à concevoir des kits de maisons à 200€ pour aider en urgence des populations du monde après des catastrophes naturelles… Il est aussi un artiste ayant besoin de fantaisies créatrices, et il s’investit depuis plus de trente ans dans la construction de sa maison magnifique que l’on croirait issue d’une peinture de Dali. Je n’ai absolument pas regretté d’être allée à sa rencontre. Il inspire, fait vivre l’espoir et donne une impulsion créatrice…

Et puis, cela m’a également permis la rencontre de personnes qui deviendront par la suite des amis chers et qui m’ont permis de faire évoluer mon maintenant. Juste avant d’aller chez Michel, j’avais revu des conférences de Jodorowsky sur le développement de la conscience et m’était replongée dans la compréhension du Tarot. Jodorowsky me fascinait par son approche psychomagique de la réalité. Pour lui, les symboles ont une signification dans l’inconscient collectif et leur utilisation dans la vie quotidienne permet de créer notre propre réalité… Alors, lorsque j’ai appris qu’il donnerait quelques jours après une conférence sur le Tarot et la Psychomagie au CUM de Nice, j’ai sauté sur l’occasion et ai rejoint mes compères. J’étais ravie d’avoir été à cette conférence. Je l’ai enregistrée et vais peut-être essayée de la retranscrire. Moi qui était déjà familiarisée avec ses concepts, j’ai suivi la conférence avec une grande attention. Fidèle à lui-même, Jodorowsky nous a offert un moment plein de vie, suivant le fil de l’instant et de l’instinct. Il passait d’un sujet à l’autre, les illulstrait de son expérience personnelle dans un désordre finalement complètement harmonieux… Démontrant à son insu que le sens des choses se trouve dans la continuité de l’expérience humaine. Le tarot est pour moi un outil remarquable de dialogue avec l’inconscient, individuel ou collectif. Il permet de se connecter par les symboles aux énergies en présence, de dénouer les problématiques de vie et d’en extraire l’attitude la plus juste à adopter dans une situation donnée… Recevoir l’enseignement et l’énergie de mon maître en le domaine fût un grand honneur. Quelques jours avant, je n’imaginais pas que je puisse avoir le plaisir de le rencontrer un jour, mais la vie est bien faite, les rencontres sont synchrones et la loi d’attraction fait son oeuvre…

Mes amis m’ont invitée à poursuivre l’aventure avec eux. Ils partaient le lendemain en Corse, pour se rendre au Rainbow, en Corse. Cela faisait plusieurs mois que j’avais connu l’existence de « cette famille » et que j’avais envie de les rencontrer. Je me suis dit que c’était sans doute le moment pour moi d’aller à leur rencontre. J’ai donc accepter de bon coeur leur invitation. Pour ceux qui ne connaissent pas, la Rainbow Family « est un mouvement alternatif international dont le but est d’amener paix et amour sur la Terre. Il a été formé en 1972, quand environ 20 000 personnes se sont assemblées à la première Rainbow Gathering dans une forêt nationale du Colorado. » (source : Wikipédia). Après mon expérience à Sadhana Forest et ma rencontre avec l’Earth Council Embassy, j’avais l’impression que leur rencontre était un pas de plus dans ma démarche.

Quelle aventure ! Nous avons passé deux semaines à La Fondale, un éco-lieu en formation en Corse, près d’Aleria. Nous n’étions pas nombreux, environ 25, et pourtant l’énergie était intense. Ce fût un rassemblement spontané de personnes ayant des valeurs communes. Ni leaders ou gourous, seulement quelques facilitateurs pour l’organisation. En pleine nature, nous nous sommes retrouvés, autour de la Terre et du feu sacré dans lequel nous avions ensemble posé nos intentions d’harmonie, tous rythmés par les cycles du Soleil et de la Lune. Nous avons cuisiné dans notre campement au feu de bois les fruits de notre cueillette (châtaignes, arbouses et champignons principalement) ainsi que les légumes bio locaux, nous avons pris nos bains dans les vasques naturelles de la rivière, appris les uns des autres : macramé, reiki, astologie maya, plantes sauvages, enseignements toltèkes, initiation chamanique,… Et plus que ça, nous avons unis nos coeurs, nous les avons ouvert, joué le jeu des miroirs les uns pour les autres, nous avons développé l’amour du Soi, l’amour de l’Autre… Comment ? Je sais pas vraiment en fait… Nous avons tous ouvert nos coeurs et nos âmes, avons partagé nos visions de la vie, avons tenté d’être en harmonie avec notre être intérieur, en toute intégrité, en toute simplicité, au delà des quêtes classiques d’apparence. Nous avons mieux compris nos égos, accepté nos défauts, reconnu ce qui était beau. Nous avons partagé un moment d’humanité noble et porteuse d’espoir…  La croissance de la Lune nous a portés, et la chaleur de feu et de la musique nourri nos âmes. Depuis de nombreuses années, j’intellectualise la notion d’amour universel, sans pour autant avoir la moindre idée de son application concrète… En serrant dans mes bras de belles âmes ou en chantant à l’unisson, nos coeurs se sont mis à jouer des symphonies. Mon chakra du plexus solaire était fermé depuis si longtemps que je ne savais pas quel bien-être il pouvait procurer lorsqu’il était libéré… Maintenant je le sais, même si je ne peux pas le décrire. Je sais en tout cas que mon bien-être ne passera pas par une quête matérielle, en tout cas, pas en tant que but, tout au plus en tant que moyen.

Je suis de retour sur le continent depuis peu, à Nice, où les synchronicités ont continuer de faire leur oeuvre. Je reste dans le sud afin de me rendre mercredi prochain à Toulon, où Amma, ambassadrice de l’Etreinte, offrira durant trois jours à qui veut une démonstration de l’amour universel. J’ai rencontré tellement de gens incroyables qui l’admirent que je ne pouvais pas passer à côté de l’opportunité. D’autant plus que j’avais récemment vu le documentaire Darshan de Jan Kounnen et que j’en avais été très touchée… Nostalgie de l’Inde combinée à une admiration profonde pour la dévotion de cette femme à l’humanité, pour la générosité pure qui la caractérise… J’en écrirais peut-être davantage après l’avoir rencontrée… Toujours est-il que ces quelques jours furent fascinants. Très intéressée par la litothérapie, j’ai recherché sur Nice un magasin de pierres, ce fût un petit jeu de piste qui m’a permis de faire de belles rencontres, notamment celle d’un astrologue qui m’a fait part de certains éléments de mon thème… J’en ai été toute boulversée. Si j’avais déjà auparavant quelques notions d’astrologie (et qui m’avaient déjà vraiment frappées par leur pertinence), j’ai redécouvert une « science » dynamique, alors que j’en avais une vision statique… La synchronicité entre les évènements passés et les transits de mon thème ont éveillé encore un peu plus ma curiosité pour cette discipline… Et puis j’ai trouvé mes pierres…

De retour à la civilisation, au peuples des connectés et des connecteurs, j’ai également fait de jolies rencontres sur la toile. J’ai notamment eu l’occasion de me connecter avec les membres de ce site, lespacearcenciel.com, et ai eu des discussions passionnantes qui m’ont facilité l’accès à de nouvelles ressources… Une jolie nouvelle inspirante notamment (et tant d’autres choses), qui nous rappelle le pouvoir de chacun à faire germer la vie : L’homme qui plantait des arbres.

La vie est un grand jeu cosmique, et même si je n’ai aucune idée de son issue, je continue de le jouer avec confiance, sachant que les cartes opportunités se déployent toujours quand elles sont nécessaires lorsque les intentions sont justes. Je vous conseille de lire un ouvrage intitulé La loi de l’attraction disponible sur le site nouslesdieux.org

Après Amma, je devrais retourner voir mes amis les Compagnouns…

Lorsque je planifie, tout coince, lorsque je laisse couler, les évènements dépassent mes attentes… Il me semble qu’il est essentiel d’avoir une vision claire de ses valeurs et de ses intentions, mais qu’il est également nécessaire de lacher prise sur le chemin à prendre. Il se construit au présent, pas à pas…



Peace, Love and Harmony…

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Approche personnelle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s